Lifestyle

La tyrannie de la « vie sociale bien remplie »

Peut-on être épanoui(e) en ayant une vie sociale « pauvre » (sous-entendu : que les autres qualifient de « pauvre ») ?
Ça fait un moment que je me pose cette question.
L’image d’une vie sociale bien remplie est véhiculée un peu partout, notamment dans les séries télé pour ados et jeunes adultes. Et d’aussi loin que je souvienne, j’ai toujours entendu dire qu’il fallait être entouré, avoir des ami(e)s, avoir un mec, …

Il faut que tu sortes le soir ! Il faut pas rester enfermée chez toi le weekend ! T’as pas d’enfants, il faut que tu profites, il faut que tu voyages avec tes ami(e)s ! Il faut que tu gardes le contact avec les gens, et que tu leur téléphones ! Il faut que tu invites des gens chez toi quand même !

J’en suis arrivée à un stade où ces « Il faut » (que me disent les autres) me donne envie de vomir.  Oui carrément. J’aime pas les « Il faut« . Ils ont la capacité de me rendre malade et me donnent envie de me carapater sous ma couette. Surtout quand ils viennent de nulle part. Et surtout quand ils concernent MA vie ! Je rêve de répondre à ces gens « Il faut surtout que je fasse ce que j’ai envie de faire, non ? Alors remballe tes « Il faut » et occupe-toi de ton […autocensure…]« .

Comme je ne suis pas en accord avec tout ces « Il faut« , je me dis que je dois être quelqu’un de pas normal, d’horrible, de très égoïste, limite égocentrique et certainement une piètre amie… Et bien sur, je me culpabilise, ça m’attriste, je ne veux pas être comme ça. Je préfèrerais être la fille qu’on appelle 5 fois par jour, à qui on se confie, qui reçoit des textos tout le temps, des mails, des machins sur Facebook, Twitter et Instagram

Mais la vérité, c’est que dans le fond, je m’en fous… Voir les ami(e)s deux fois par mois, ça me suffit. Si je les vois plus souvent, j’étouffe, j’ai besoin d’air, j’ai envie de fuir. La vérité, c’est qu’être cette fille, toujours sollicitée par les autres, ça me soulerait…
L’autre vérité, plus inavouable encore, c’est que je déteste recevoir des gens chez moi (« qu’on lui jette des pierres !!« ). Bah oui, je n’aime pas ça. Je me sens envahie, j’ai l’impression que mon intimité est bafouée. Je passe une mauvaise soirée. Si c’est une ou deux personnes, ça va, pas de souci, et c’est même avec plaisir que je leur offre bière/café/petits gâteaux. Mais si les ami(e)s débarquent à 7 ou 8, je n’ai qu’une hâte : que tout le monde sorte de mon petit cocon, et qu’on me foute la paix !

Alors suis-je égoïste ? Suis-je une sorte d’ermite ? Suis-je indigne d’avoir des ami(e)s ? N’ai-je rien compris à la vie ? Suis-je vraiment en train de passer à côté de ma jeunesse (« des plus belles années« ,  comme disent les autres), ô moi qui aies « la chance de ne point avoir de chiards dans les pattes ?« 

Aux yeux de certaines personnes, il semble que oui. On ne comprend pas comment je peux rester 3 jours chez moi sans mettre le nez dehors, comment je peux être invitée sans jamais inviter en retour, comment je peux refuser un soirée resto/jeu/cinéma, comment je peux tout simplement refuser d’avoir une vie sociale, et ce pendant plusieurs jours d’affilé.
C’est pourtant simple : tel un ours, j’hiberne, seule dans ma grotte. :-p

Ces gens qui ne comprennent pas ne se rendent pas compte à quel point ils me font affreusement culpabiliser. Et s’ils avaient raison ? Si j’étais la pire des personnes ? Et si mes ami(e)s me faisaient des reproches ? Et si j’étais en train de rater ma vie, de passer à côté de plein de choses ? Peut-être que j’écoute trop mes envies égoïstement ? Faut-il que je me force à me sociabiliser ? Mais comment se forcer ? Et surtout, à quoi ça rime de se forcer à avoir une vie sociale ? Mais si je ne fais que ce qui me plaît, comment pourrais-je vraiment passer à côté de ma jeunesse ?

Très souvent, les choses qui me font envie n’incluent pas les autres. Même des choses qui a priori ne se font pas seul, je ne m’imagine pas les faire avec quelqu’un. Par exemple, les voyages. On voyage rarement seul. Mais moi, ça ne me dérangerait pas. Ça me fait envie même quand j’y pense. Je m’y vois déjà, seule dans le désert avec mon sac à dos et mon appareil photo…
C’est vachement mal vu en fait,  mais je suis juste une solitaire qui apprécie d’être seule chez elle, pour faire de la couture, de la cuisine, du shopping en ligne, rédiger un article, …

Je n’irais pas jusqu’à dire que les autres me gênent dans mes projets. Non, j’aime les voir, j’aime leur compagnie, j’aime avoir de leurs nouvelles. Mais je vis mieux seule. C’est grave docteur ? J’ai un peu l’impression de lutter contre des dictats : l’individualisme c’est mal. Aïe… Je ne suis heureuse que dans mon individualité, alors je suis mal barrée !
Je ressens comme une pression autour de la vie sociale qu’il faudrait avoir, comme une tyrannie ambiante, souvent exercée par les autres d’ailleurs…

Pourtant mes ami(e)s (qui sont certes peu nombreux mais d’une qualité exceptionnelle) ne me reprochent rien jusqu’à maintenant. Ils savent et respectent (mais ne comprennent pas tous) mon besoin de solitude. Nous avons des relations très saines. Enfin, nous avions des relations très saines. Car à force d’entendre les fameux « Il faut« , je commence à paniquer à l’idée de refuser une invitation et de peut-être abîmer nos relations de longue date en étant si solitaire.
D’autant qu’eux sont plutôt mon exact opposé : ils sortent souvent, et ne peuvent supporter d’être seuls très longtemps. Je n’arrive pas à m’imaginer ce que ça fait d’avoir envie d’être entourée. C’est un sentiment que je ne connais pas…

Je suis curieuse de connaître votre opinion. Selon vous, la solitude est-elle un mal ? Êtes-vous plutôt seul(e) dans un cocon, ou tout le temps bien entouré(e) ?

Commenter l’article →

Advertisements

8 réflexions au sujet de « La tyrannie de la « vie sociale bien remplie » »

  1. j’aurai pu ecrire cet article ! je passe plusieurs jours par semaine à la maison sans sortir et je suis la plus heureuse du monde , je sors voir des amis 3 ou 4 fois par mois max et ca suffit bien assez !

    1. Merci pour ton commentaire ! Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à être solitaire ! 😉

  2. J’aime bien ton article 🙂 je me retrouve dans certains points par exemple j’ai pas besoin de parler à tous mes amis tous les jours. Pendant une période j’ai même cru que j’avais un problème et que j’étais dépressive alors que pas du tout lol. Il faut parfois arrêter d’écouter les autres et vivre sa vie comme on l’entend.

    1. Merci pour ton commentaire ! Moi aussi parfois, je me demande si c’est de la dépression… Parfois, j’avoue que ça s’en approche : je ne veux pas voir de monde quand je me sens mal, j’ai tendance à me renfermer sur moi-même, seule dans mon cocon.
      Mais la plupart part du temps, c’est juste mon côté solitaire. 😉

  3. Exactement pareille que toi… Et pareil, je peux mal le vivre et culpabiliser d’être aussi solitaire, mais bon je me sens bien comme ça et je n’aime/n’aimerais pas être toujours sollicitée ou voir toujours des gens… Mon ex était comme ça lui, toujours à voir quelqu’un, et cela me faisait culpabiliser de ne pas être comme ça, donc ça m’empêchait d’apprécier ma solitude quand je refusais de venir parce que je me sentais nulle d’être aussi peu « sociable »… Et je me sentais dévalorisée face à ses amis, ça m’a pesé à un moment…
    Mais bon le principal c’est d’être heureux avec soi même et peu importe les autres et la pression de la société 😉

    1. Merci pour ton passage sur mon blog et ton commentaire ! Je vois qu’on a pas mal de points communs du coup : celui qui partage ma vie a une vie sociale beaucoup plus remplie que la mienne et je culpabilise de ne pas être comme ça.
      Mais effectivement, mieux vaut s’accepter telle que l’on est, c’est la recette du bonheur !

  4. Alors là je reste sans voix. Je ne m’attendais pas du tout à tomber sur un article comme ça. Mais c’est dans le bon sens un ;).
    Je me reconnais énormément dans ce que tu écris: j’aime être seule, voyager seule, faire mon shopping seule… Et j’en ai eu des remarques du style « c’est pas « normal » que tu partes seule », « va voir tes amies », ect.
    Mais non, la solitude n’est pas quelque chose de mal selon moi. D’après moi ça permet de faire les choses par soi-même, sans avoir à demander la permission ou l’avis de quelqu’un pour faire quelque chose :).
    Voilà un commentaire très fouillis mais je tenais à réagir 😉

    1. Merci pour ton commentaire ! Je suis contente et rassurée de voir que je ne suis pas la seule à penser comme ça ! =D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s